Paysage près d'Olatz

Dans le bleu immaculé du ciel, la lune blanche est toute ronde. Une heure et demie plus tard, j'arrive à la ermita Santo Cristo del Calvario.
En milieu de matinée, je tourne le dos à la mer pour pénétrer à l'intérieur des terres.
J'imagine ce geai, un tantinet grivois, se  mettre soudainement à chanter : " Vos gueules, les mouettes ! Ici, c'est moi le roi ! ".
Avant Olatz, les vaches ont transformé le chemin en pataugeoire de boue.