Pont de San Telmo
A la sortie de la ville, je dois traverser une immense zone industrielle. La longue ligne droite qui la pénètre de part en part n'en finit plus. Je fais abstraction de tous les bruits qui m'entourent : grues, machines diverses, camions qui circulent, postes à souder qui crépitent, ateliers en effervescence, souffleries assourdissantes. Sur ma gauche, l'homme a éventré la montagne pour la transformer en carrière. Il la grignote peu à peu au fil de ses besoins. Une heure et demie plus tard, je me retrouve enfin dans un environnement plus calme et plus serein. Tranquillement, en suivant le cours d'une rivière, une piste me conduit à travers champs et forêts.